Chiang Mai

La route sinueuse n’a pas été de tout repos pour les nerfs du conducteur et de son assistante, les thaïs ayant une façon tout à eux de conduire (on a tout de même eu droit à un bus qui nous fonçait droit dessus sur notre piste, nous obligeant à nous déporter sur le bas-côté pour le laisser passer…), mais on a fini par arriver à Chiang Mai. Notre hôtel se situe dans la partie moderne de la ville et on vit un choc culturel pendant notre promenade de fin de journée… Il y a des places autour desquelles se sont installés de commerces à l’occidentale, un énorme centre commercial avec toutes les marques « de chez nous » mais en bien plus grand, des jets d’eau pour la déco, des petits cafés, bref, on a l’impression d’avoir été téléportés hors d’Asie… On n’avait pas vu cela depuis Buenos Aires, voire depuis notre départ pour le centre commercial, voire même encore avant car on n’en trouve pas des pareils chez nous ! On trouve même une galerie commerciale qui fait mieux qu’Ikea: impossible de s’en échapper avant d’avoir passé dans toutes les boutiques… Les loulous sont assez contents du dépaysement, de jouer dans les jets d’eau et même de parcourir le centre commercial, où on va notamment pouvoir observer un entraînement de boxe thaï, ce qui les fascine. Bon, on a tout de même trouvé une différence : ici, le vigile de l’entrée se met au garde-à-vous pour saluer chaque client qui entre… Le soir, on mange super bien dans un excellent restaurant gastronomique thaï avec une bouteille de vin… On vous l’avait dit, c’est le choc des cultures après la gargote de ces derniers soirs, où le repas, excellent au demeurant, nous a coûté moins de dix francs !

Pour découvrir le « vrai » Chiang Mai, on passe notre premier jour à déambuler de temple en temple dans la vieille ville. On croise des chédis et des temples à tous les coins de rue et ils sont tous plus magnifiques les uns que les autres, n’en déplaise à Alexis, de mauvaise humeur depuis notre arrivée, qui a décrété qu’ils n’étaient pas si beaux et qu’il n’aimait pas la ville. C’est intéressant pour nous de constater la différence entre les temples thaïs et les laotiens. Les premiers sont beaucoup plus ornementés et riches mais on avoue un petit faible pour les magnifiques boiseries et peintures des seconds.

Chiang Mai a aussi la particularité d’avoir visiblement ses propres règles bouddhiques puisque l’intérieur de certains temples (halls d’ordination des moines notamment) n’est pas accessible aux femmes, leurs menstruations étant susceptibles de souiller la pureté et la sainteté des lieux… Cela fait sauter Mélanie au plafond, d’autant qu’on ne sait franchement pas d’où sort cette règle qu’on n’avait pas rencontrée jusque-là et que, pour payer le billet par contre, il n’y a aucun problème de souillure…

On finit la journée à l’hôpital pour nous procurer des médicaments anti-paludisme pour Lombok et Flores. Si pour les adultes, cela se passe assez rapidement, on a droit à une sorte d’Hôpital de l’enfance local pour les enfants avec l’attente qui va avec (en huit fois plus moderne par contre).

Aujourd’hui, c’est la journée de Jérémy qui a pu choisir une activité et a opté pour le zoo (Alexis, lui, avait choisi la tyrolienne mais vu les prix de fous pratiqués ici, on a négocié soit pour une autre activité, soit pour remettre cela à plus tard). Avant, on monte tout de même visiter le Wat Phra That Doi Suthep, perché en haut d’une montagne qui domine la ville et qui est l’un des temples les plus sacrés du nord de la Thaïlande, son chédi doré étant censé abriter un fragment d’os d’épaule du Bouddha. Ce dernier trône au milieu d’une cour qui abrite plusieurs temples et galeries aux bouddhas et l’ensemble est superbe. C’est assez différent des temples dont on a l’habitude et on aime beaucoup. Les enfants ont de plus à nouveau droit à un bracelet porte-bonheur, mais après un don cette fois, de la part d’un moine farceur qui semble bien s’amuser à asperger tout le monde avec son eau bénite. Génial, cela fait du bien de voir un religieux rigoler !

Le zoo est installé à flanc de colline dans un cadre naturel superbe mais qui mériterait un peu d’entretien. Il est énorme et il faut le parcourir en voiture (ou en navette). On est un peu étonnés au départ mais on s’habitue. Les animaux sont très proches de nous et on peut même en nourrir certains, ce qui est assez drôle pour les enfants.

L’attraction principale reste la maison des pandas où, contre paiement d’un ticket d’entrée supplémentaire, on peut admirer deux pandas trop mignons. Les parents retombent en enfance et sont en admiration, surtout quand on voit la femelle manger ses bambous si habilement, c’est vraiment adorable, une première pour nous !

Et Mélanie sera très gâtée car elle a la chance de voir aussi ses premiers koalas, avant, on l’espère, ceux en liberté en Australie. Quant aux enfants, ils semblent avoir préféré les kangourous et ils devraient donc être servis dans quelques mois !

On passe un chouette moment même si, au final, niveau bien-être animal, on a de grands doutes. Les enfants trouvent les animaux tristes et estiment qu’ils seraient bien mieux en liberté avec leurs familles et préfèrent de loin les animaux sauvages… Pffff, c’est aussi cela le tour du monde, ils deviennent blasés pour des choses que n’importe quel autre enfant adorerait…

Et nous voilà repartis pour la tournée des temples. Ce n’est peut-être pas forcément évident vu de chez vous, mais on vous l’assure, ils sont tous différents les uns des autres ! Et surtout on ne se lasse pas de leur beauté.

On passe aussi par le Chinatown local et deux marchés sympas qui permettent de ressentir que la ville vit aussi en dehors des touristes.

Cette fois, c’est en voiture que l’on part à la découverte de temples plus éloignés du centre. On commence en haut d’une colline par un temple qui semble devoir porter chance vu le nombre de vendeurs de loterie.

On passe ensuite par un superbe temple très paisible dans la forêt, qui abrite un centre de méditation. Le cadre et les lieux sont idylliques, cela donnerait presque envie de s’y mettre, quoi que … le stage dure au minimum 26 jours, le réveil est à 4 heures et les repas se prennent en silence ! Pas gagné avec les loulous (pour les parents non plus, on l’avoue !).

On verra aussi un wat un peu à l’abandon dans la forêt,…

 … puis le monastère protecteur des orfèvres recouvert de panneaux en argent, nickel et aluminium.

Après une pause dans un joli parc fleuri (encore un festival de fleurs) avec une chouette place de jeux pour les loulous, on visite le dernier temple de la journée qui a gardé intacte une grande partie de ses stucs d’origine.

On a de nouveau passé une journée magnifique. Et cette fois, on finit assez tôt pour pouvoir profiter de la terrasse de notre chambre, en jouant et dessinant pour les loulous et en buvant l’apéro pour les parents (l’avantage des villes touristiques, c’est qu’on y trouve de tout, y compris du cidre anglais !).

Pour notre dernier jour à Chiang Mai, vous reprendrez bien… une petite tournée de temples! Bon cette fois, on pense avoir fait le tour car ceux d’aujourd’hui sont tout de même un peu moins jolis que les précédents.

IMG_1441_resultat

On ne résiste pas non plus à vous montrer que parmi les beautés, il y a aussi quelques incongruités bien pratiques pour les dons !

IMG_1234_resultat

Après une première impression un peu mitigée (probablement due au fait qu’on s’attendait à se retrouver dans une jolie ville paisible comme Luang Prabang, ce qui n’est absolument pas le cas), on a tout de même globalement bien aimé Chiang Mai grâce aux visites que l’on y a faites. On n’a par contre pas découvert le côté bourgade campagnarde décrit par le guide et certains blogs et Mélanie et les loulous ont trouvé la ville assez bruyante et encombrée et pas forcément agréable à parcourir. Yanick dit lui qu’il y a bien pire en Asie et a donc trouvé assez paisible.

2 commentaires sur “Chiang Mai

  1. Tout est magique les temples, les animaux et vous aussi …. ce n’est pas un rêve c’est bien vous que l’on retrouve grâce à vos récits si bien ficelés et c’est chaque fois un cadeau. gros bisous.

    J'aime

  2. A force, vous deviendriez presque gourmand ? En tous cas, les sourires affichés me laissent penser que vos « petites » déceptions s’envolent bien vite. Bisous à vous tous et au plaisir de vous lire rapidement …. par gourmandise aussi !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :