Roadtrip de Perth à Darwin : les étapes suivantes de Kununurra à Nitmiluk National Park (Katherine Gorge)

La route de retour des Bungle Bungle a été avalée aussi vite, et bien, que celle de l’aller et on passe un après-midi blog au camping de Kununurra pendant que les enfants jouent pendant des heures à construire tout un quartier d’habitation avec même des routes pavées, de futurs architectes !

Le lendemain, on fait tout d’abord un arrêt dans le Mirima National Park, qui abrite des gorges érodées censées être pareilles à celles des Bungle Bungle, mais en miniature, ainsi que des peintures aborigènes. Forcément, comme on y est accoutumés maintenant, on manque ces dernières, qui ne sont pas signalées. Cela va finir par être la malédiction de ce roadtrip alors que les enfants nous en réclament depuis longtemps, grrr. Les paysages et les vues sont jolis et il y a une marche expliquant les différentes utilisations des arbres par les aborigènes qui contentera tout de même les loulous.

On décide ensuite de faire un petit détour par le lac Argyle, formé par un barrage et deuxième réservoir d’eau d’Australie (pour une comparaison, il représente 18 fois le volume du port de Sydney). Le camping surplombe le lac et offre de jolies vues sur les falaises rouges. Il est par contre très occupé et on n’est un peu les uns sur les autres. Cela nous fait bizarre après ce qu’on a vécu jusque-là et on ne peut pas dire qu’on apprécie trop !

On pique une tête dans la superbe piscine à débordement (enfin, Yanick et Alexis seulement car elle est gelée) et on part pour une marche à travers la savane jusqu’à un joli mirador sur le lac. Les enfants ne sont pas emballés malgré les belles vues. Il faut dire qu’il faut traverser des hautes herbes qui piquent et risquent d’abriter des serpents (c’est contagieux la peur surtout depuis qu’Alexis a trouvé un serpent – mort heureusement – à quelques centimètres de ses pieds aux Bungle Bungle).

On leur promet un repos et des jeux sur la plage du camping pour les apaiser mais celle-ci se révèlera n’être qu’un radeau flottant. Ils ne pourront donc même pas pêcher le Barramundi comme ils l’espéraient. Bref, le programme du jour ne les a pas totalement satisfaits… Heureusement, de retour au camping, ils jouent à cuisiner une noix de baobab, ce qui intéresse beaucoup les petites filles de la caravane d’à côté qui tentent de se joindre à nos deux petits sauvages, mais avec difficulté.

Ce 6 juin, nous fêtons aussi notre anniversaire de mariage. On passe une très belle soirée qui commence par un apéro au beer garden, continue avec un repas poulet curry et Sauvignon blanc, le plat de fête du camping, et se termine par un magnifique dessin de Jérémy. Alors d’accord ce n’est pas la vie de château comme à Saulon mais on se souviendra toute notre vie de nos neuf ans de bonheur, d’autant qu’on est aujourd’hui toujours autant, voire doublement plus, heureux grâce à nos deux loulous d’amour.

Pour une fois que l’on pouvait faire la grasse mat’, les loulous réveillent Mélanie à 6h00…. Il ne faut plus qu’ils se plaignent de se lever tôt ces deux-là ! On part donc assez tôt pour un joli lookout sur le lac qui ne nous emballe toutefois pas totalement.

On décide ensuite de faire un détour par le Keep River National Park qui est sauvage et méconnu. On y fait une première promenade qui nous plaît moyennement mais nous permet de voir notre première peinture aborigène, yes !

Sans enthousiasme, on se dirige vers la deuxième marche, tout en se disant qu’après toutes les beautés de ces derniers temps, on va peut-être être difficiles à contenter pour nos derniers jours de camping. On arrête toutefois assez vite de ronchonner car la balade est juste superbe avec des vues à couper le souffle. C’est peut-être l’une des plus belles depuis le début du périple. On adore et on regrette presque de ne pas avoir poussé jusqu’au camping plus lointain pour découvrir la dernière marche.

Au passage, on a aussi traversé la frontière qui sépare l’état de l’Australie Occidentale de celui des Territoires du Nord. Pour vous donner une idée des distances, on a roulé plus de 7’500 kilomètres dans le premier état et on n’est pas partis de la frontière sud ! Cette traversée nous permet aussi de passer dans un autre fuseau horaire avec 1h30 d’avance. Peut-être que l’on va pouvoir retrouver des horaires « normaux » puisqu’il ne fera plus nuit noire à 17h00 !

Au camping de Timber Creek, une grande bourgade de 231 habitants, où on s’arrête pour la nuit pour couper la longue route jusqu’à notre prochaine destination, on profite de l’attraction du soir, le nourrissage des crocodiles d’eau douce et de petits oiseaux de proie. Un spectacle assez impressionnant, le crocodile étant juste en dessous de nous qui le surplombons sur un petit pont et les oiseaux étant super agiles. On a aussi la (mal)chance de voir une énorme colonie de chauve-souris géantes à côté desquelles Batman fait Mickey. C’est une vraie engeance ces bêtes : non seulement ça pue mais en plus elles vont nous empêcher de dormir une bonne partie de la nuit avec le bruit qu’elles font !

Une longue route nous emmène jusqu’à Katherine où nous allons faire les commissions pour les derniers jours. La ville est bondée de gens qui zonent et dégage une très mauvaise atmosphère avec des policiers et des caméras partout. On repart donc très vite, mais en ayant tout de même attendu l’heure d’ouverture du bottle shop (on ne voudrait pas finir le périple sans alcool !), en direction du Nitmiluk National Park où nous allons passer les deux prochaines nuits. A peine arrivés au camping, nous sommes accueillis par des adorables wallabies avec leurs bébés dans la poche. On est d’emblée emballés, enfin jusqu’à ce que les enfants et Mélanie voient le panneau aux toilettes avertissant les hôtes de la présence possible de pythons olive pouvant mesurer de 1 à 4 mètres et adorant passer dans les toilettes !

IMG_0834_resultat

Le lendemain, on part pour une marche à la découverte de Katherine Gorge. Malheureusement, une fois de plus, les prix des tours en bateau ou en canoé sont tellement indécents que nous y renonçons. Nous ne pourrons donc voir que la première gorge et un aperçu de la deuxième, les autres (il y en a neuf au total) étant trop éloignées. La marche mène vers de jolis points de vue sur la rivière et il y a des belles plages de sable mais elle est longue et il fait encore plus chaud que d’habitude. C’est donc un peu rude, surtout pour Jérémy, mais on le comprend, on a tout de même marché 4h30 et quasiment 11 kilomètres, bravo les champions ! Heureusement, la piscine du camping nous attend et on passera une fin d’après-midi reposante et rafraîchissante !

3 commentaires sur “Roadtrip de Perth à Darwin : les étapes suivantes de Kununurra à Nitmiluk National Park (Katherine Gorge)

  1. Faire du naturisme à Kunu nura bravo!!!
    Peinture serpent walabi c’est encore la pleine Nature!! courage bientôt la fin du périple sauvage
    Bisous
    Roland

    J'aime

  2. Génial tous ces parcs! Je suis épatée par toutes vos marches! Vous êtes des vrais aventuriers!
    Merci pour toutes les belles photos qui me font rêver alors que j’entends la pluie ruisseler le long de la fenêtre de mon petit bureau bernois 😉
    A+

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :