Copacabana et la rive bolivienne du lac Titicaca

Après un trajet en bus prolongé par trois pannes (heureusement que nous étions au bord du lac car il a fallu à chaque fois remplir le radiateur de dix litres d’eau !) et un passage de la frontière qui a plu à Jérémy car, selon ses critères, il n’y avait pas de douane (pour lui ce sont les contrôles de sécurité), nous arrivons enfin à Copacabana, une charmante petite ville au bord du lac Titicaca. On trouve ici la seule plage de Bolivie (même si elle n’a certainement pas grand chose à voir avec son homonyme brésilienne) et la côte est beaucoup plus sauvage et moins polluée qu’aux environs de Puno.

Grâce aux bons conseils du Lonely planet, on trouve THE hôtel, celui qui aura droit à une note de 10 de chacun de nous : une sorte de maison de Barbapapa immense, avec hamacs à l’intérieur et à l’extérieur, cheminée, cuisine (qu’on n’utilisera pas au grand malheur de Jérémy), vue plongeante sur le lac et terrasse privative baignée de soleil. Un petit coin de paradis où on décide de passer quatre jours pour explorer tranquillement les environs, nous reposer, faire les leçons des enfants, jouer au Uno, bref, prendre du bon temps.

Le premier jour, une fois réchauffés de la nuit glaciale (heureusement le feu de cheminée de Yanick et les bouillottes dignes de grand-maman Macha étaient efficaces) et après l’école, on grimpe au Calvario, un chemin de croix dont l’arrivée  surplombe la ville et le lac. Une superbe vue qui vaut bien les efforts consentis à 3’800 mètres quand même (on n’a plus 20 ans, le souffle est un peu court). Une fois redescendus, on visite encore la cathédrale où on assiste à une spécialité locale : la bénédiction des véhicules lors de laquelle un prêtre asperge d’eau bénite les voitures fleuries et décorées avant que leurs propriétaires ne les baptisent à la bière et au mousseux local… De quoi faire retourner Jésus dans sa tombe ! Le soir, on se remet de la fatigue avec un repas européen pour les enfants (pizza et spaghettis bolognaise) et une bouteille de sauvignon blanc local pour les parents, franchement une bonne découverte.

Les visites à ne pas manquer ici ce sont l’Isla de la Luna et l’Isla del Sol. Sur la première, on visite les ruines d’un couvent inca avec une vue imprenable sur la chaîne de montagnes enneigées au loin, magnifique !

Sur la deuxième, où, selon la légende, les premiers incas sont apparus à la demande du soleil, après une bonne grimpée de l’escalier de l’Inca, on marche à flanc de colline pour découvrir le Palacio del Inca, un magnifique vestige qu’on n’aura malheureusement pas le temps d’explorer comme on aurait voulu car il faut vite retourner au bateau pour ne pas le louper. On fait presque courir les enfants mais, ouf, on est à l’heure !

Enfin, pour notre dernier jour, outre la grasse matinée (jusqu’à 7h30 quand même !) et  l’école, on part à la découverte de l’Inti Watana, une sorte de porte qui est en réalité un observatoire astronomique pré-inca. Une chouette marche au soleil dans la montagne qui termine bien notre super séjour ici. On a vraiment adoré cette première étape en Bolivie et on a les batteries complètement rechargées pour la suite qui s’annonce plus sport, si on en croit le guide.

Un commentaire sur “Copacabana et la rive bolivienne du lac Titicaca

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :